La réalité virtuelle est un enjeu considérable pour la relation client

réalité virtuelle

Jérôme Hérard

Interview exclusive de Jérôme Hérard – Directeur général | ViaDirect

Quelles sont les spécificités et les défis de votre société ?

ViaDirect est un pionnier de la digitalisation des lieux accueillant du public, depuis l’équipement du Forum des Halles en 2009 nous avons maintenant plus de 200 bâtiments équipés avec un réseau de distribution couvrant 29 pays et 6 bureaux internationaux (Taipei, Mexico, Sao Paulo, Montréal, Istanbul, Abu Dhabi). Nous sommes une équipe de 50 spécialistes de la conception et la production de solutions de signalétique avancée sous forme d’installations digitales fortement connectées. Nos principaux défis sont de maintenir une dynamique d’innovation dans une structure de plus en plus imposante, de poursuivre notre internationalisation en gardant notre identité de marque, de piloter la qualité de nos produits et notre pérennité économique dans un contexte de forte croissance (30% annuel au minimum chaque année depuis 2009, 50% cette année).

Imaginez-vous des agents virtuels 3D dans des casques de réalité virtuelle ?

La réalité virtuelle est un enjeu considérable pour la relation client mais attention à l’effet de mode, est-ce que Second Life (l’un des premiers et plus développé monde virtuel créé au milieu des années 2000) aurait duré plus longtemps avec des masques et des lunettes ? Je ne suis pas sûr. Par ailleurs notre spécialité est d’augmenter l’expérience des usagers de lieux publics, pas de les en faire partir avec une expérience « concurrente » à l’extérieur du bâtiment. Après une période de quelques années qui a vue la dématérialisation massive d’un pan du monde économique, nous sommes dans une phase de consolidation où les acteurs économiques ont pris conscience que nos concitoyens n’allaient pas déserter aussi facilement l’espace public pour travailler, se nourrir, vivre ensemble. Dans cette vision d’équilibre des outils je pense effectivement que les masques de réalité virtuelle sont un dispositif intéressant à regarder, en suivant de près l’évolution des bots sur le web et le mobile car les agents virtuels en seront assurément l’incarnation visuelle.

Pensez-vous que la vidéo va remplacer la voix ?

Cette question est intéressante parce que pour ma part je pense le contraire. Le temps de l’avènement de la voix est bien avancé, les outils de reconnaissance vocale fonctionnent plutôt très bien à tel point que la traduction simultanée devient une réalité (essayez Google Traduction sur votre mobile en mode dictée), la miniaturisation de l’électronique et des batteries permettent d’avoir des écouteurs sans fil dérivés de décennies de recherche pour l’accompagnement des mal entendants. Nous avons donc là une maturité dans le logiciel et dans le matériel, une ergonomie évidente, tout pour faire un succès dans les années à venir. La vidéo viendra peut-être ensuite mais ni les équipements ni les logiciels ni les usages ne sont encore là.

Enfin votre actualité pour la fin d’année 2016 ?

Nous lançons en octobre une gamme d’objets connectés dédiée au secteur tertiaire pour aider les entreprises à mieux gérer l’utilisation des équipements qu’elles mettent au service de leurs collaborateurs. La finalité étant que ces appareils viennent « nourrir » nos plateformes digitales de signalétique afin d’améliorer l’expérience et l’efficacité des personnes dans leur environnement de travail. Nous annoncerons par ailleurs de nouveaux contrats pan-européens, et une accélération très forte de notre activité en Amérique du Sud et en Asie.

 

Interview réalisée par Romaine Klein


Fin de l'article